Les sujets de thèses

10 sujets IPhT

Dernière mise à jour : 21-07-2019


• Physique théorique

 

Corrections quantiques dans la theorie M, flux et compactifications a 4 dimensions

SL-DRF-19-0948

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Ruben MINASIAN

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Ruben MINASIAN

CNRS - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7466

Directeur de thèse :

-

Voir aussi : https://www.ipht.fr

voir resume anglais

Geometrie des micro-etats d'un trou noir

SL-DRF-19-0949

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Iosif BENA

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

Directeur de thèse :

-

Voir aussi : https://www.ipht.fr

voir resume anglais

Geometries de Micro-état des Trous Noirs

SL-DRF-19-1053

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Iosif BENA

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

Directeur de thèse :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

voir resume anglais

Methodes de matrice-S pour les theories effectives des champs

SL-DRF-19-0968

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Brando BELLAZZINI

Date souhaitée pour le début de la thèse :

Contact :

Brando BELLAZZINI

CEA - DSM/IPhT//SPhT

33 1 69 08 73 65

Directeur de thèse :

-

Labo : https://www.ipht.fr

voir resume anglais

Modélisation des systèmes urbains

SL-DRF-19-1028

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Marc BARTHELEMY

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Marc BARTHELEMY

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 69 08 74 56

Directeur de thèse :

-

L'urbanisation croissante a engendre´ de multiples formes de villes a` travers le monde. Cette disparité´ s’explique par le nombre colossal de paramètres intervenant dans l’étude des systèmes urbains : démographie, géographie, niveaux de revenus, infrastructures, offres d’emplois, de loisirs, loyers, etc. Chacun de ces paramètres opère dans le comportement d'un grand nombre d’individus qui constituent une ville et les multiples interactions a` l’œuvre dans ces communautés humaines rendent l’étude de ces systèmes très complexe. En ce sens, les villes forment des systèmes économiques aux multiples échelles, en interaction les uns avec les autres, portes par de fortes contraintes de non-linéarité et une croissance permanente hors équilibre. Plusieurs formes d’universalité´ se cachent cependant derrière le désordre apparent. Habitudes de déplacement, organisation spatiale, répartition des centres d’emploi sont autant de caractéristiques souvent communes a` plusieurs villes. La compréhension des modes d’apparition de ces classes d’universalité´ macroscopiques a` partir des comportements individuels a justifié´ les fondements d’une science des villes dont les similarités avec la physique statistique sont évidentes : comprendre l’ordre (ou le désordre) global a` partir de multiples interactions microscopiques. Ces systèmes urbains deviennent des lors un cadre d’étude intéressant pour le physicien, d'autant plus que la disponibilité croissante des données lui permette d’appliquer sa méthode de recherche traditionnelle - la modélisation falsifiée par l’expérience. Dans ce contexte, l’objet de cette thèse est de participer a` la compréhension quantitative des systèmes urbains alors que la théorie des villes reste très partielle dans sa capacité´ a` expliquer les résultats observes. L’objectif est d’obtenir une modélisation simplifiée, hors-e´quilibre de la croissance urbaine, en s’appuyant sur un petit nombre de mécanismes importants fournissant des prédictions quantitatives en accord avec les données empiriques. Cette thèse permettra de contribuer au développement d’outils permettant d’évaluer les effets de diverses décisions de planification urbaine et d’identifier quelques lois macroscopiques gouvernant les villes.

Modélisation statistique des réseaux de neurones artificiels

SL-DRF-19-0513

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Lenka ZDEBOROVA

Pierfrancesco Urbani

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Lenka ZDEBOROVA

CNRS - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 8114

Directeur de thèse :

Pierfrancesco Urbani

CNRS -

33 1 69 08 79 28

Page perso : https://www.ipht.fr/Phocea/Membres/Annuaire/index.php

Labo : https://www.ipht.fr

voir sujet anglais

Nouvelles classes d´universalité dans les modèles combinatoires en physique statistique

SL-DRF-19-0511

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Jérémie Bouttier

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-09-2019

Contact :

Jérémie Bouttier

CEA - DSM/IPhT//SPhT

0169086630

Directeur de thèse :

Jérémie Bouttier

CEA - DSM/IPhT//SPhT

0169086630

Page perso : https://www.ipht.fr/Pisp/jeremie.bouttier/index_fr.php

Labo : https://ipht.fr

voir résumé anglais

Solution des théories conformes à deux dimensions avec la méthode du bootstrap

SL-DRF-19-0880

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Sylvain Ribault

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Sylvain Ribault

CEA - DSM/IPhT/

01 69 08 71 26

Directeur de thèse :

Sylvain Ribault

CEA - DSM/IPhT/

01 69 08 71 26

Page perso : Sylvain Ribault

Voir aussi : https://www.ipht.fr

voir résumé anglais

Vides de Sitter en théorie des cordes

SL-DRF-19-0510

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Iosif BENA

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

Directeur de thèse :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

Page perso : https://www.ipht.fr/Phocea/Membres/Annuaire/index.php?uid=ibena

Labo : https://www.ipht.fr

voir résumé anglais

Vides de Sitter et Microétats de Trous Noirs non-supersymmetriques en Théorie des Cordes

SL-DRF-19-1054

Domaine de recherche : Physique théorique
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Théorique

Saclay

Contact :

Iosif BENA

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2019

Contact :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

Directeur de thèse :

Iosif BENA

CEA - DSM - Institut de Physique Théorique

01 6908 7468

La Théorie des Cordes est la théorie candidate la plus prometteuse pour unifier toutes les forces fondamentales, et

fournit donc un cadre à partir duquel on peut espérer obtenir l’ensemble des lois physiques observées. Néanmoins, la

Théorie des Cordes est définie en dix dimensions, et pour obtenir des résultats comparables à l’expérience elle doit

être « compactifiée » sur un espace interne six-dimensionnel, de taille bien plus petite que toute échelle accessible

aux observations. Comme il existe une multitude de tels espaces, il est généralement admis qu’il en résulte un large

ensemble - de l’ordre de 10^{500} - de vides quadridimensionnels admettant presque toutes les lois physiques

possibles. Ce fait a conduit beaucoup de chercheurs à supposer que les valeurs des constantes physiques mesurées

ne peuvent pas êtres dérivées dans le cadre d’une théorie unifiée des interactions, mais sont plutôt des variables

anthropiques déterminées par notre propre expérience dans ce « Multivers ». Un but de ce projet est d’établir,

d’une façon non-univoque, si un grand nombre de solutions de Théorie des Cordes, a priori phénoménologiquement

pertinentes, doivent être éliminées, soit parce qu’elles sont instables, soir parce qu’elles sont exclues par le

collisionneur LHC. Nous envisageons d’étudier ceci via une analyse détaillée des antibranes qui donnent le seul

moyen contrôlable d’obtenir des univers avec une constante cosmologique positive (espaces de de Sitter).



La Théorie des Cordes est aussi une théorie quantique de la gravitation. Elle a fourni plusieurs

cadres pour comprendre les trous noirs et étudier des problèmes difficiles comme le paradoxe de l’information de

Hawking, qui met en conflit la Mécanique Quantique et la Relativité Générale. Les paradigme les plus étudiés

aujourd’hui pour répondre à ce paradoxe admettent que l’état de gravité quantique qui décrit un trou noir n’est pas

correctement décrit par la théorie de la relativité générale à l’échelle de l’horizon du trou noir, même lorsque la

courbure est très faible. Les travaux passés du directeur de thèse et ses collaborateurs ont montré que

la Théorie des Cordes définit un mécanisme pour générer des structures qui sont stables à l’échelle de l’horizon. Elles

font intervenir de façon cruciale les flux et les dimensions supplémentaires présents en théorie des cordes. Cependant la

plupart des solutions qui donnent une structure à l’échelle de l’horizon ont été construites pour des trous noirs

supersymmetriques, dont la physique est different des trous noirs qui existent dans notre univers.



L’autre but de but de ce projet est de construire explicitement les solutions de micro-états sans horizon qui

diffèrent des solutions classiques de trous noirs non-supersymmetriques à l’échelle de l’horizon. Ceci pourrait résoudre le paradoxe de

l’information de Hawking et pourrait révolutionner notre compréhension de la gravité quantique en établissant que

l’horizon des trous noirs discuté dans les livres de relativité générale émerge effectivement de l’approximation

thermodynamique d’une superposition quantique d’un gigantesque nombre de configurations sans horizon.



Ces deux domaines de recherche, même s’ils appartiennent à des sujets disjoints de la Théorie des

Cordes et ont des motivations différentes, font en fait tous deux intervenir la même physique microscopique. Le but de cette thèse

but est de construire de grandes familles de solutions de supergravité avec flux, afin de décrire aussi bien le «

paysage » des compactifications en théorie des cordes, que les solutions globalement hyperboliques décrivant

semiclassiquement les micro-états de trous noirs. L’ingrédient principal dans ces constructions est le même : ajouter aux

solutions supersymétriques des branes ou des flux avec des charges opposées pour briser la supersymétrie. Ainsi,

tout progrès réalisé aura des implications importantes dans les deux sujets de recherche.

 

Retour en haut