Institut de Physique Théorique: Présentation : L'Institut de Physique Théorique (IPhT) est un Institut de la Direction de la Recherche Fondamentale (DRF) du Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA).
Marc Barthélémy, chercheur à l'IPhT et membre associé au CAMS-EHESS, publie "le monde des réseaux" aux Editions Odile Jacob   
Marc Barthélémy publie aux Editions Odile Jacob un ouvrage de vulgarisation sur les réseaux.

img

Cet ouvrage, destiné au grand public, discute de la structure de nombreux réseaux avec des exemples issus de la biologie, des transports ou bien de la sociologie.

Ces structures permettent de comprendre de nombreux processus tels que la propagation d'épidémies, d'informations, les blackouts électriques ou bien les avalanches de faillite financière par exemple.
Il est paru le 18 janvier.

Plus d'informations sur l'ouvrage de Marc Barthélémy

Suite la parution de cet "Le monde des reseaux" chez Odile Jacob, Marc sera prochainement présent dans les médias :

- chronique d'Etienne Klein sur France culture (1er fevrier 16h54)
- Interview BFM emission "la librairie de l'éco" (diffusion normalement le samedi 4 février)
- Interview RTBF emission "Tendances premières" (direct 10h30-11h15, 8 février.)

 

E. De-laborderie, dépêche du 25/01/2023

 

Conférence : Le jardin-forêt par Fabrice Desjours , Délégué Général de l'association Forêt Gourmande (en Français)  

img

A l'initiative du Groupe de Travail Empreinte Ecologique du LSCE (GT-EE), une expérimentation va être lancée par le GVDC qui gère les Espaces Verts du CEA Paris-Saclay pour transformer en jardin forêt comestible une parcelle du site de l'Orme, avec l'appui de l'association Forêt Gourmande.

Son Délégué Général, Fabrice Desjours, qui a créé en 2010 le jardin forêt de 2,5 ha de l'association, donnera une conférence (en français) sur les Jardins Forêts Comestibles à l'Amphi Bloch le mardi 24 janvier à 13 h. Vous y êtes cordialement invité.

http://www-saclay.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos/Fait_marquant/index.php?id_news=5473 (INTRA)

Toutes les bonnes volontés sont bienvenues pour contribuer à ce projet, et notamment favoriser la mise en place de divers suivis scientifiques dans le temps sur l'évolution de cette parcelle (sol, hydrologie, stockage de carbone, biodiversité, etc).

https://www.youtube.com/watch?v=6DmqqnUO ...

E. De-laborderie, dépêche du 18/01/2023

 

Un mécanisme naturel pour "relever" la constante cosmologique dans la théorie des cordes  

img

Légende : La solution venant de la théorie des cordes est le produit d'un univers à quatre dimensions par un petit espace à six dimensions. La constante cosmologique (Λ) est la valeur minimale de l'énergie potentielle, ici représentée en fonction du volume de l’espace à six dimensions. La constante cosmologique avant le "relèvement" (courbe rouge) est négative, tandis qu'après celui-ci (courbe bleue) est positive et minuscule, comme celle de notre univers.

Les expériences révèlent que notre univers connaît une expansion accélérée, ce qui, dans le contexte de la relativité générale, nécessite la positivité de la constante cosmologique d'Einstein. Une constante cosmologique positive pose plusieurs problèmes dans le contexte des théories de la gravitation quantique.  La théorie des cordes, l'une des théories les plus développées de la gravité quantique, s'efforce de trouver des solutions des équations du mouvement qui incluent un espace quadridimensionnel avec une constante cosmologique positive.         

Les propositions disponibles jusqu'à présent impliquent un mélange de mécanismes à différentes échelles d'énergie qui pourrait ne pas donner lieu à des solutions énergétiquement stables. En outre, ces propositions restent techniquement questionables, car il faut introduire une combinaison de ce que l'on appelle des « flux » (généralisations à plus haute dimension du flux électromagnétique) ajustés « ad hoc » pour donner des contributions anormalement petites à l'énergie de la solution.      

Dans un travail récent [1], Iosif Bena et Mariana Graña de l'IPhT, avec leur étudiant Dimitrios Toulikas, leur post-doc Gabriele Lo Monaco, ainsi que leur collaborateur E. Dudas (CPHT, École Polytechnique), ont trouvé une façon beaucoup plus directe d’obtenir une solution avec une constante cosmologique positive, qui ne nécessite pas l'introduction de flux finement ajustés. En effet, ils ont montré que l'un des ingrédients nécessaires dans le jeu pour relever la constante cosmologique de la valeur négative (que l'on obtient facilement) à une valeur positive, génère par lui-même des flux résultant en une petite contribution énergétique. Cette construction est beaucoup plus naturelle et évite le problème d'ajustements « ad hoc » de la construction originale, passant ainsi élégamment le "test de naturalité".


[1] https://arxiv.org/abs/2202.02327

E. De-laborderie, dépêche du 13/01/2023

 

De nouvelles multifractales du SLE

dépêche du 05/04/2022

Arrivée de Luc Blanchet

dépêche du 01/02/2022

Arrivée de Pierre Fleury

dépêche du 01/02/2022

The art of mathematical physics

dépêche du 01/09/2021

Vendredi 27/01, 10:00-12:30
Cours de physique théorique de Saclay - Michel Bauer
Lundi 06/02, 11:00-12:00
Séminaire de physique mathématique - Sylvain Ribault
Mardi 07/02, 14:00-15:00
Séminaire de physique des particules et de cosmologie - Joe Davighi
Mercredi 08/02, 14:15
Séminaire de matrices, cordes et géométries aléatoires - Daniel Kapec
Jeudi 09/02, 14:00-15:00
Séminaire de physique des particules et de cosmologie - Deog Ki Hong
Marc Barthélémy
A physicist's approach to complex systems
19 septembre 2019
Henri Orland
Statistical Physics of Some Biological Systems
19 septembre 2019
David Kosower
Precision Calculations in the Search for Unification
19 septembre 2019
Stéphane Lavignac
Neutrinos et physique des particules au-delà du Modèle Standard
19 septembre 2019
Giulio Biroli
Glassy and disordered systems
19 septembre 2019
François David
Presentation of IPhT
19 septembre 2019

 

Retour en haut